Sous le ciel de Paris

Après quelques jours/semaines de zappage continu sur le net et lectures diverses, à un moment donné, l’opinion se fait et ne change plus. Sinon, on continue le débat sur tout, tout le monde parle en même temps sans écouter personne d’autre que soit même, et rien ne change et ça n’avance pas.

Je vis en pleine campagne depuis longtemps, loin, très loin des villes, que je déteste… Paris représente pour moi un enfer dans lequel je ne veux pas aller. Trop de bruit trop de béton, trop d’indifférence, rien de vivant, et une pollution de dingue.

D’où vient-elle cette pollution parisienne ? Là encore après avoir écouté et lu, et regardé, voilà mon opinion … Et ce ne sont que des faits, et des résultats.

Les voitures ne représentent que 14% de la pollution totale. Le reste vient d’ailleurs.

Nos propres usines, et rejets « hors automobiles » (chauffage maison etc…)  -  12 %

Quand les vents viennent de l'Est ou du Nord, Nous recevons la pollution allemande suite à l'exploitation des mines de charbon à ciel ouvert, et de leurs centrales thermiques au charbon. Les fumées toxiques de leurs usines et mines à ciel ouvert ne connaissent pas les frontières, comme les nuages Tchernobyl à l'époque. (Et pis de toute façon de frontière y’a plus alors…)  - 42 %

La pollution maritime et fluviale (les supers tankers qui traversent la manche en nous apportant nos cadeaux de Noêl made in china) – 8%

« On ne sait pas » - 24 %

Conclusion 1 : Si l’on enlève les voitures, il va quand même rester 86 % de nuage pourri au-dessus de la têtes des parisiens.

Conclusion 2 : En 2018, on n’est pas capable de savoir d’où vient un quart des émissions polluantes au-dessus de nos têtes. Et ça je n’y crois pas une seconde. Mais même en cherchant des années, je n’arriverai pas à obtenir toutes les données de façon fiable. Sans être adepte de la théorie du complot, il y a quand même une évidence : « On ne nous dit pas tout » dirait Anne Roumanof saoule au comptoir. Il y a 24 pour cent de saloperies au-dessus de nos tête qui provient de « choses » secrètes… En tout cas secrètes pour moi, puisque je n’ai jamais réussi à avoir un chiffre fiable au-delà des 76 % connus… Et qui sont considérées comme polluantes.

Conclusion 3 : La moitié de la pollution parisienne lorsqu’il y a un « pic d’alerte » vient d’Allemagne… Tout le monde connait l’histoire : Fukugima, le tsunami, la centrale pourrie qui tue tout le monde, et Angela Merkel en panne de bons sondages, qui décide d’arrêter le nucléaire dans son pays du jour au lendemain. Les allemands applaudissent mais ne s’arrêtent pas de consommer, faut quand même pas déconner, et du coup elle relance a grands frais les centrales à charbon, et boum badaboum, ça file tout droit vers la France.

Oui je sais, j’ai déjà entendu des super spécialistes me traiter de nase, pauvre petit humain qui ne sait rien ne comprend rien, et est totalement incompétent face à leurs expertises impeccables. « Pauvre idiot, vous le dites vous-mêmes, c’est uniquement quand les vents viennent d’Est !!! Sinon comment voulez-vous que la pollution allemande atteigne Paris ! « 

Oui certes bien sûr sauf que lors des quatre derniers pics de pollution, ben ce sont les quatre fois ou les vents sont venus d’Est, je suis désolé je voudrais bien être gentil et d’acc avec tout le monde mais je n’invente rien, c’est comme ça. Ce sont des faits, rien que des faits.

J’ai oublié aussi les phrases du genre : «  Espèce d’imbécile !! La pollution elle existait déjà il y 10 ans au-dessus de Paris pourtant les Allemands étaient tout nucléaire à l’époque. » Oui certes là aussi, sauf que les normes en vigueur il y a 10 ans étaient beaucoup plus faibles qu’aujourd’hui (3.5 fois moins).

D’ailleurs pour finir, la question ultime, que j’aime bien poser de temps en temps, moi qui vais sur mes 50 ans. Bon alors voili voilà, si un type né en 70 venait d’un coup d’un seul respirer l’air de Paris aujourd’hui, combien de temps tiendrait-il ? . La réponse est 4 jours.

Pas 4 jours avant de mourir, 4 jours avant de finir à l’hôpital pour crise d’asthme, allergies, yeux éclatés, etc etc … Quand on parle de l’évolution des espèces, ben nous les humains, on va vite, très vite…

Affichage :